Accueil > Chroniques diverses > Andrevon, Ruellan et Siniac

Andrevon, Ruellan et Siniac

dimanche 3 novembre 2013, par Denis Blaizot

En fouillant de vieilles malles, j’ai redécouvert un recueil de nouvelles édité par Le Monde en 1982 1982 . Il est amusant de lire en introduction de la préface « Abonnée par les journaux, boudée par les éditeurs, la nouvelle semblait, en France, un genre moribond. Les écrivains se détournaient d’une forme littéraire qui ne paraissait plus rencontrer aucun écho dans le public ». Et pourtant ce cahier de 93 pages (235x315) contient une sélection de 40 nouvelles sur les 129 publiée dans Le Monde dimanche entre 1979 1979 et 1982 1982  ; preuve du succès de ces textes cours. J’ai lu ces textes durant l’été 1982 1982 et je n’en ai gardé qu’un vague souvenir, mais surtout que je les avais tous appréciés. Aujourd’hui, je n’en ai relu que trois, mais peut-être les autres auront-ils leurs tours.

Pourquoi Andrevon, Ruellan et Siniac ? Tout simplement parce que je suis certain de lire des textes de qualité à coloration polar ou SF.

La nuit des bêtes, de Jean-Pierre Andrevon Jean-Pierre Andrevon Né à Bourgoin-Jallieu , le 19/09/1937, Jean-Pierre Andrevon est un écrivain de science-fiction, dessinateur, anthologiste, journazliste, chanteur... bref un touche à tout.

Son œuvre littéraire est assez conséquente. Babelio ne compte pas moins de 149 entrées liées à son nom.


Voir pour plus d’onfirmations son site perso :
( in Il faudra bien se résoudre à mourir seul, DENOËL, 1983 1983 ), nous entraine dans l’errance de trois habitants d’une ville désertée par ses habitants suite à une alerte atomique. Nos trois héros veulent voir l’explosion de la bombe destructrice avant de mourir. Ils finissent au zoo dont ils libèrent tous les animaux. Mais ce n’était qu’une fausse alerte et la routine reprends le contrôle de la réalité. Voilà un très bon texte qui me donne envie de relire du JPA.

Dans Une torture à visage humain (Vous pouvez la lire dans quatre recueil différents en plus de celui-ci), André Ruellan nous fait découvrir une société très policée, ou tout est dit et fait avec le sourire et sans douleur... même les interrogatoires musclés. Excellent texte que je ne peux que vous recommander.

Pierre Siniac nous fait découvrir un univers très noir. Sinstrose (Folies d’infâmes, Série Noire Série Noire La collection Série Noire A été crée en 1945 avec un véritable démarrage en 1948. Depuis tous les grands noms du roman policier français et étranger y sont publiés. Limitée pendant de nombreuses années au format poche et à 250 pages, elle a longtemps accueilli des romans raccourcis pour l’occasion. Cette contrainte a été abandonnée il y a maintenant quelques années.

Pour le plaisir, voici la liste des 55 premiers volumes :

  1. Peter Cheyney : La môme vert-de-gris
  2. Peter Cheyney : Cet homme est dangereux
  3. James Hadley Chase : Pas d’orchidées pour miss Blandish
  4. Horace Mac Coy : Un linceul n’a pas de poches
  5. Don Tracy : Neiges d’antan
  6. James Hadley Chase : Eva
  7. Peter Cheyney : Vous pigez ?
  8. Raymond Chandler : La dame du lac
  9. Peter Cheyney : De quoi se marrer
  10. James Hadley Chase : La chair de l’orchidée
  11. James Cain : Dans la peau
  12. Raymond Chandler : Adieu, ma jolie
  13. Raymond Chandler : Le grand sommeil
  14. Don Tracy : Tous des vendus
  15. Peter Cheyney : Comment qu’elle est !
  16. Raymond Marshall : Miss Shumway jette un sort
  17. W. H. Burnett : Le petit César
  18. Terry Stewart : La mort et l’ange
  19. James Hadley Chase : Douze Chinetoques et une souris
  20. Raymond Marshall : En trois coups de cuiller à pot
  21. Peter Cheyney : À toi de faire, ma mignonne
  22. Peter Cheyney : Les femmes s’en balancent
  23. Dashiell Hammett : La clé de verre
  24. Raymond Marshall : Le requiem des blondes
  25. Robert Finnegan : Des monstres à la pelle
  26. Jonathan Latimer : Quadrille à la morgue
  27. Robert Finnegan : Les spaghettis par la racine
  28. Henry Kane : Un fauteuil en enfer
  29. Bill Goode : Micmac maison
  30. Kenneth Millar : À feu et à sang
  31. James Hadley Chase : Garces de femmes !
  32. Virgil Scott : Jusqu’à la gauche
  33. William Stuart : Passage à tabac
  34. Donald Henderson Clarke : Un nommé Louis Beretti
  35. James Hadley Chase : Le corbillard de Madame
  36. Paul Cain : À tombeau ouvert
  37. Stanley Ellin : La peur au ventre
  38. Samuel W. Taylor : Comme un frère
  39. Horace Mac Coy : Adieu la vie, Adieu l’amour...
  40. Jonathan Latimer : Les morts s’en foutent
  41. James Hadley Chase : Méfiez-vous fillettes !
  42. Jonathan Latimer : La corrida chez le prophète
  43. James Hadley Chase : Tu seras tout seul dans ton cercueil
  44. Geoffrey Homes : Pendez-moi haut et court
  45. Raymond Chandler : La grande fenêtre
  46. Raoul Whitfield : Vivement mes pantoufles !
  47. Harold Q. Masur : Les pieds devant
  48. Richard Sale : Lazare N°7
  49. Richard Ellington : Vide ton sac
  50. James Gunn : Tendre femelle
  51. David Dodge : Trois tondus et un pelé
  52. James Hadley Chase : Lâchez les chiens
  53. John Amila : Y’a pas de Bon Dieu
  54. Jim Thompson : Cent mètres de silence
  55. James Hadley Chase : qu’est-ce qu’on déguste
n° 1938 1938 - 1983 1983 ) n’est pas à lire un jour pluvieux et triste d’hiver. Sinon, vous pourriez bien finir par avoir le même comportement que le héros de cette histoire. C’est noir, très noir, et amer. Excellent. À lire absolument.

Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »
Ce challenge a couru du 12/12/12 au 11/12/13