Accueil > Polars, Thrillers et romans noirs > Pierre Siniac : Carton blême

Pierre Siniac : Carton blême

dimanche 10 novembre 2013, par Denis Blaizot

Carton blême
Éditions Rivages/Noir
2003

Quatrième de couverture :

Nous sommes entrés dans le troisième millénaire, et le déficit de la Sécu est abyssal. A tel point que le nouveau gouvernement a institué le check-up mensuel obligatoire pour tout citoyen âgé d’au moins seize ans. A l’issue de cette visite, le citoyen reçoit ou un carton bleu, ou un carton blême. En cas d’agression, de cambriolage, etc., le titulaire du carton bleu a droit à l’aide de la police. En revanche le porteur du carton blême se voit opposer un refus d’assistance (tout a fait légal). C’est dans ce contexte futuriste, aussi « logique » que cauchemardesque, que le nouveau patron de la Crim’, Paul Heclans, doit affronter un serial killer, « le dingue au marteau », dont la spécialité est de prendre le profil de ses victimes pour une enclume.
Une œuvre décapante de Pierre Siniac, l’écrivain jugé « incontournable » par Jean-Patrick Manchette, et dont la disparition en 2002 a laissé le polar français orphelin.

Mon avis : J’ai redécouvert Pierre Siniac au détour des pages d’un album de nouvelles publié par le journal Le Monde en 1982 1982 . Le côté sombre et dépressif de Sinistrose (Folies d’infâmes, Série Noire Série Noire La collection Série Noire A été crée en 1945 avec un véritable démarrage en 1948. Depuis tous les grands noms du roman policier français et étranger y sont publiés. Limitée pendant de nombreuses années au format poche et à 250 pages, elle a longtemps accueilli des romans raccourcis pour l’occasion. Cette contrainte a été abandonnée il y a maintenant quelques années.

Pour le plaisir, voici la liste des 55 premiers volumes :

  1. Peter Cheyney : La môme vert-de-gris
  2. Peter Cheyney : Cet homme est dangereux
  3. James Hadley Chase : Pas d’orchidées pour miss Blandish
  4. Horace Mac Coy : Un linceul n’a pas de poches
  5. Don Tracy : Neiges d’antan
  6. James Hadley Chase : Eva
  7. Peter Cheyney : Vous pigez ?
  8. Raymond Chandler : La dame du lac
  9. Peter Cheyney : De quoi se marrer
  10. James Hadley Chase : La chair de l’orchidée
  11. James Cain : Dans la peau
  12. Raymond Chandler : Adieu, ma jolie
  13. Raymond Chandler : Le grand sommeil
  14. Don Tracy : Tous des vendus
  15. Peter Cheyney : Comment qu’elle est !
  16. Raymond Marshall : Miss Shumway jette un sort
  17. W. H. Burnett : Le petit César
  18. Terry Stewart : La mort et l’ange
  19. James Hadley Chase : Douze Chinetoques et une souris
  20. Raymond Marshall : En trois coups de cuiller à pot
  21. Peter Cheyney : À toi de faire, ma mignonne
  22. Peter Cheyney : Les femmes s’en balancent
  23. Dashiell Hammett : La clé de verre
  24. Raymond Marshall : Le requiem des blondes
  25. Robert Finnegan : Des monstres à la pelle
  26. Jonathan Latimer : Quadrille à la morgue
  27. Robert Finnegan : Les spaghettis par la racine
  28. Henry Kane : Un fauteuil en enfer
  29. Bill Goode : Micmac maison
  30. Kenneth Millar : À feu et à sang
  31. James Hadley Chase : Garces de femmes !
  32. Virgil Scott : Jusqu’à la gauche
  33. William Stuart : Passage à tabac
  34. Donald Henderson Clarke : Un nommé Louis Beretti
  35. James Hadley Chase : Le corbillard de Madame
  36. Paul Cain : À tombeau ouvert
  37. Stanley Ellin : La peur au ventre
  38. Samuel W. Taylor : Comme un frère
  39. Horace Mac Coy : Adieu la vie, Adieu l’amour...
  40. Jonathan Latimer : Les morts s’en foutent
  41. James Hadley Chase : Méfiez-vous fillettes !
  42. Jonathan Latimer : La corrida chez le prophète
  43. James Hadley Chase : Tu seras tout seul dans ton cercueil
  44. Geoffrey Homes : Pendez-moi haut et court
  45. Raymond Chandler : La grande fenêtre
  46. Raoul Whitfield : Vivement mes pantoufles !
  47. Harold Q. Masur : Les pieds devant
  48. Richard Sale : Lazare N°7
  49. Richard Ellington : Vide ton sac
  50. James Gunn : Tendre femelle
  51. David Dodge : Trois tondus et un pelé
  52. James Hadley Chase : Lâchez les chiens
  53. John Amila : Y’a pas de Bon Dieu
  54. Jim Thompson : Cent mètres de silence
  55. James Hadley Chase : qu’est-ce qu’on déguste
n° 1938 1938 - 1983 1983 ) m’a emballé - même si c’est une nouvelle à ne pas lire un jour de déprime. Alors, quand j’ai découvert deux volumes, dont Carton blême, de Siniac dans les piles de bouquins d’une foire aux livres, je n’ai pas raté l’occasion d’approfondir cette reprise de contact avec un écrivain français de renom.

Ce roman était clairement de l’anticipation à sa sortie en 1985 1985 . Le lecteur peut s’étonner que l’auteur, remaniant son roman en 1995 ne le modernise pas plus que cela. En effet, l’informatique était suffisamment entré dans nos vies à cette date pour que l’absence d’outil informatique dans un dispensaire médical en 2005 (époque de la narration) nous surprenne aujourd’hui. Mais c’est un point de détail. Bien plus embêtant à mon gout est la construction du récit. Arrivé au tiers, je n’ai l’impression que de lire une juxtaposition d’historiettes mal ficelées sans rapport réel entre elles. Le seul personnage auquel on est le temps de s’attacher est un espèce de barjot sans deux sous de jugeote qui fait tout de travers juste pour que l’auteur est l’opportunité de le tuer.

En bref : Ce court roman de Siniac ne me convient pas et ne me convainc pas. Je pense arrêter ma lecture là. Dommage, l’idée de base était plaisante.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio


Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict

Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »
Ce challenge a couru du 12/12/12 au 11/12/13