Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Serge Brussolo : Captain Suicide

Serge Brussolo : Captain Suicide

samedi 27 février 2021, par Denis Blaizot

Auteur : Serge Brussolo
Titre français : Captain suicide (initialement publié sous le titre Capitaine suicide aux éditions fleuve noir)
Éditeur : Vauvenargues
Année de parution : 2006 2006
ISBN : 2744312088

Quatrième de couverture :

C’était une planète vivante. Un gigantesque œuf de pierre flottant dans la nuit du cosmos et qui abritait depuis des millénaires une bête dont on ignorait jusqu’à la forme. Jour et nuit, tous ceux et celles qui vivaient à la surface de la coquille écoutaient avec angoisse les griffes de l’animal gratter le sol sous leurs pieds. C’était une planète terrifiante, qui n’épargnait pas même les morts. On l’avait surnommée La Dévoreuse.

Mon avis : Je pense qu’il est temps que j’arrête d’acheter des livres de Serge Brussolo. Pourquoi ? parce que, si Brussolo écrit très bien, ses univers improbables — et parfois carrément impossibles — ne font plus parties de mon univers livresque.

J’a beaucoup aime son œuvre il y a de nombreuses années lorsque, étudiant, je lisais un roman de SF par jour. Maintenant, je me suis calmé. Du coup, je suis de venu plus exigeant. Un roman, une nouvelle doit être plus en accord avec mes goûts de lecteurs pour que je l’approuve. Et là, non. je voyage à dix-mille lieues de l’univers de cet excellent écrivain des plus prolifiques.

A part ça, que dire de ce roman ? Que c’est une étude sur l’obsession de la mort. Mais surtout du culte des morts qui peut perturber le bon fonctionnement d’une civilisation. En effet, sur Almoha, l’étrange planète sur laquelle se passe cette histoire, les habitants sont obsédés par la conservation des corps après la mort, convaincus qu’une créature monstrueuse vit sous leurs pieds et dévore ceux-ci à la première occasion. Les cercueils sont empilés dans les logements pendant que leurs occupants légitimes, parents des morts, dorment dans la rue. D’autres ne peuvent plus dormir au sol, préférant faire des cures de sommeil dans des avions en vol. Notre héros, lui, vient sur ce monde étrange pour tenter de trouver une solution au nom d’une compagnie de pompes funèbres.

En bref : Un thème intéressant, une belle écriture, mais un monde trop onirique à mon goût.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict


Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio