Accueil > Mes auteurs favoris > William Hope Hodgson (1877 - 1918) > William Hope Hodgson : Men of the Deep Waters

William Hope Hodgson : Men of the Deep Waters

jeudi 23 décembre 2021, par Denis Blaizot

Auteur : William Hope Hodgson William Hope Hodgson William Hope Hodgson (1877 - 1918) fut un des maîtres du fantastique. Il a, parait-il influencé H.P. Lovecraft et Jean Ray, pour ne citer que les deux plus connus.
Titre original : Men of the Deep Waters
Année de parution : 1914 1914 (Eveleigh Nash)
Année de première réédition : 1921 1921 (Holden & Hardingham)

Sommaire :

Mon avis : C’est avec plaisir que j’ai découvert ce recueil de nouvelles de William Hope Hodgson William Hope Hodgson William Hope Hodgson (1877 - 1918) fut un des maîtres du fantastique. Il a, parait-il influencé H.P. Lovecraft et Jean Ray, pour ne citer que les deux plus connus. . Mais pourquoi ne l’ai-je téléchargé qu’hier ? Mystère. C’est d’autant plus surprenant que j’avais repéré et téléchargé une copie de sa couverture de 1921 1921 depuis belle lurette.

En l’explorant, j’ai bien sûr constaté que toutes les nouvelles avaient été traduites en français à l’exception de My House Shall Be Called the House of Prayer qui ne relève pas de la littérature fantastique. Absents des traductions françaises les deux poèmes ouvrent et clôturent ce volume. Absent également le récit intitulé Through the Vortex of a Cyclone.

Qu’à cela ne tienne ! Me dis-je. Je vais les traduire. Mais à ma grande surprise, je n’ai trouvé aucun volume réellement complet à consulter ou téléchargé en ligne. toutes les copies que j’ai pu consulté ont le même défaut : le poème The Song of the Great Bull Whale est amputé dans sa quasi intégralité. Certains éditeurs d’ebooks allant jusqu’à amalgamer la préface (voir ci-dessous) et la dernière page du poème.

Bref. ça a été l’occasion de relire toutes ces nouvelles. Mais aussi, avec My House Shall Be Called the House of Prayer, de découvrir une autre facette de cet écrivain incontournable.

The « Shamraken » Homeward Bounder (Putnam’s — avril 1908)
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio