Accueil > Mes auteurs favoris > Jean Ray / John Flanders (1887 - 1964) > John Flanders : Détectives de l’étrange 1

John Flanders : Détectives de l’étrange 1

jeudi 17 mars 2022, par Denis Blaizot

Auteur : John Flanders John Flanders John Flanders est un des pseudonyme utilisé par Jean Raymond de Kremer, plus connu sous le nom de Jean Ray.

Le nom de John Flanders est plus souvent associé aux œuvres jeunesse.
/Jean Ray Jean Ray Raymond Marie de Kremer, principalement connu par ces deux pseudonymes, est un auteur très prolifique. Il aurait rédigeait près de 15000 textes sous une trentaine de pseudo. Aussi cette page n’a aucune prétention à l’exhaustivité. Simplement, permettre de trouver facilement dans quel recueil l’une ou l’autre de ces nouvelles a été publiée en français sous les noms de John Flanders ou de Jean Ray.
Titre français : Détectives de l’étrange 1
Éditeur : Terre de Brume (Coll. Les inédits de Jean Ray Jean Ray Raymond Marie de Kremer, principalement connu par ces deux pseudonymes, est un auteur très prolifique. Il aurait rédigeait près de 15000 textes sous une trentaine de pseudo. Aussi cette page n’a aucune prétention à l’exhaustivité. Simplement, permettre de trouver facilement dans quel recueil l’une ou l’autre de ces nouvelles a été publiée en français sous les noms de John Flanders ou de Jean Ray. /john Flanders John Flanders John Flanders est un des pseudonyme utilisé par Jean Raymond de Kremer, plus connu sous le nom de Jean Ray.

Le nom de John Flanders est plus souvent associé aux œuvres jeunesse.
)
Année de parution : 2021 2021
ISBN : 9782843626876

Quatrième de couverture :

Si Jean Ray Jean Ray Raymond Marie de Kremer, principalement connu par ces deux pseudonymes, est un auteur très prolifique. Il aurait rédigeait près de 15000 textes sous une trentaine de pseudo. Aussi cette page n’a aucune prétention à l’exhaustivité. Simplement, permettre de trouver facilement dans quel recueil l’une ou l’autre de ces nouvelles a été publiée en français sous les noms de John Flanders ou de Jean Ray. a permis à Harry Dickson de connaître de nombreuses aventures fantastiques, John Flanders John Flanders John Flanders est un des pseudonyme utilisé par Jean Raymond de Kremer, plus connu sous le nom de Jean Ray.

Le nom de John Flanders est plus souvent associé aux œuvres jeunesse.
, quant à lui, a créé nombre de détectives qui ont été, eux aussi, confrontés à d’inquiétants mystères. Héros emportés pour la plupart par la fougue de la jeunesse (Edmund Bell, Miss Police…) ou guidé par la sagesse et l’expérience (Inspecteur Triggs), tous ces détectives en herbe ou confirmés n’ont rien à envier au Sherlock Holmes américain.

On retrouve, dans leurs enquêtes, cette ambiance si particulière et un peu angoissante des petits villages anglais où chacun a quelque chose à cacher, des landes désertes peuplées de créatures terrifiantes ou des contrées exotiques où dorment des secrets immémoriaux.

Poursuivant l’exploration des textes trop souvent oubliés, voire méprisés, signés de « l’autre Jean Ray Jean Ray Raymond Marie de Kremer, principalement connu par ces deux pseudonymes, est un auteur très prolifique. Il aurait rédigeait près de 15000 textes sous une trentaine de pseudo. Aussi cette page n’a aucune prétention à l’exhaustivité. Simplement, permettre de trouver facilement dans quel recueil l’une ou l’autre de ces nouvelles a été publiée en français sous les noms de John Flanders ou de Jean Ray.  », cette anthologie propose des nouvelles pour la plupart inédites auprès du grand public.

Ainsi, ce recueil s’ouvre sur une aventure totalement inconnue d’Harry Dickson qui enquête à… Gand, en Belgique. Edmund Bell et Jack Linton sauront-ils se montrer à la hauteur de leur aîné d’outre Manche ?

Sommiare :

  • Harry Dickson : La guillotine ensorcelée
  • Jack Linton : Le professeur invisible
  • Jack Linton : Le mail hanté
  • Edmund Bell : Le pensionnat disparu
  • Edmund Bell : La griffe d’argent

Mon avis : Les amateurs de Jean Ray Jean Ray Raymond Marie de Kremer, principalement connu par ces deux pseudonymes, est un auteur très prolifique. Il aurait rédigeait près de 15000 textes sous une trentaine de pseudo. Aussi cette page n’a aucune prétention à l’exhaustivité. Simplement, permettre de trouver facilement dans quel recueil l’une ou l’autre de ces nouvelles a été publiée en français sous les noms de John Flanders ou de Jean Ray. remarqueront comme moi que ces nouvelles ne sont pas vraiment inédites puisque vous pouvez vous les procurer en achetant les publications de l’amicale Jean Ray et que la première a déjà été publiée dans les années 90 par les défuntes éditions Lefrancq. Donc ce sont plutôt des textes rares qu’inédits. Bref, je n’en connaissais qu’un sur les cinq. C’est pour cela que j’ai craqué. :-)

André Verbrugghen a repris la traduction de Francis Goidts déjà utilisée dans l’édition Lefrancq, mais si c’était pour y ajouter des coquilles, ce n’était vraiment pas la peine. Donc, si vous avez le choix, pour cette nouvelle au-moins, privilégiez l’édition Lefrancq. Bon ! D’accord ! Faut la trouver. Sinon, cette histoire est sympathique, même si Harry Dickson arrive à Gand en Deus ex Machina et explique le résultat de ses réflexions devant un groupe ébahi par tant de claire-voyance. En fait le plus gros de la nouvelle est porté par les différents protagonistes et, du coup, elle est loin d’être significative des autres aventures de H. D.

Les deux enquêtes de Jack Linton n’ont pas grand intérêt et la deuxième est carrément médiocre. Celles-là, j’aurais pu me passer de les lire.

Les deux aventures d’Edmond Bell étaient inédites pour moi, car jamais publiées en livres distribués en France. La première est un peu faible et la deuxième est plus intéressante du point de vue ambiance et construction des personnages. Mais pour les deux, je trouve que le héros arrive là comme un cheveu sur la soupe. L’histoire se construit, le mystère s’épaissit... et alors ?... et alors ?... Hé hé ! Zorro est arrivvé-é-é, sans s’pressé-é-é... [1] Non ! Pas Zorro. Edmund Bell. On fait facilement la différence. Zorro est toujours à cheval. ;-) Bon. vous voyez ce que je veux dire ? Le héros arrive. Regarde autour de lui et dis : « c’était pourtant facile à comprendre ! C’est lui l’assassin ! » OK j’exagère, mais pas de beaucoup. Donc, si je me suis bien exprimé, j’ai bien aimé ces deux aventures/enquêtes de Edmund Bell, même si son rôle est plus celui de la solution qui permet à l’auteur de se sortir d’une situation inextricable.

En fait, les aventures de Jack Linton et Edmund Bell auraient mérité — nécessité ? — plus de développement pour être vraiment réussies.

En bref : Si vous n’avez pas lu encore ces enquêtes, ne boudez pas vote plaisir. Mais pour ma part, maintenant que les deux volumes des enquêtes de Edmund Bell qui me manquaient m’ont été offert et que j’ai à ma disposition l’intégralité des aventures de Harry Dickson connues (celles signée Jean Ray Jean Ray Raymond Marie de Kremer, principalement connu par ces deux pseudonymes, est un auteur très prolifique. Il aurait rédigeait près de 15000 textes sous une trentaine de pseudo. Aussi cette page n’a aucune prétention à l’exhaustivité. Simplement, permettre de trouver facilement dans quel recueil l’une ou l’autre de ces nouvelles a été publiée en français sous les noms de John Flanders ou de Jean Ray. . Les autres ne m’intéressent pas) je ne sais pas si j’achèterai le tome 2 des détectives de l’étrange.

Et pour conclure, c’est le premier volume des éditions Terre de Brume en ma possession qui contienne autant de coquilles. Et pas des petites. Mots manquant ou mal orthographiés, il y en a pour tous les goûts. Un exemple ? L’expression « De temps en temps » qui devient « de temps ».

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio

[1Pour ceux qui ne voient pas à quoi je fais référence : https://youtu.be/7iiER_k18lY