Accueil > Ebooks gratuits > Mes nouvelles > La Gare — jeu orthographique

La Gare — jeu orthographique

mercredi 23 avril 2014, par Denis Blaizot

Quelque peu agacé par les adeptes des fautes d’orthographe à tout va, des promoteurs d’une stagnation de l’orthographe (quitte à entendre des inepties du genres "l’anglais est beaucoup plus simple que le français") ou les enthousiastes qui prônent un alourdissant de l’alphabet simplifiant en rien l’apprentissage d’une orthographe correcte du français, j’ai décidé d’expérimenter une nouvelle orthographe. Le système est des plus simples :

  • Pas de lettre muettes.
  • Une lettre ou un ensemble de lettres correspondent toujours au même son et un même son à un même groupe de lettre.
  • Pas de lettres doublées ni d’histoire de m avant un b ou un p.
  • etc.

Et voilà le résultat :


Konbiun de jour s’été écoulé depui k’il avé pri se trun, un matun du moi de mé ? Il l’inyoré. Il n’été mém plu sertun de pouvoir éxpliker la réson pour lakel il été monté dans ce vagon alor k’il se randé a son travay, a pié com d’abitud.
L’abitud ! Voila la clé de tout l’istoir ! Artur an avé mar de la routi’n. Il voulé de l’éxotism, du dépéizeman ! Brisé set chén ki l’ataché a son kotidiun.
Poussé par ce besoin soudun, Artur été antré dans la gar é s’été dirigé vér le ké. Le trun été la, rutilan sou le soley matinal avék sé voitur ver anpir é noir réosé de lizré doré. Par androi, la puntur lésé aparétr dé cuivr briyan. Sur lé flan de chacu’n d’el été écri an grand letr d’or dé mo magik : Londres, Paris, Venise, Istambul, Bagdad, Téhéran, Samarcande, Islamabad, Katmandou, Pékin...
Ipnotisé par set vizion, Artur s’été aproché d’un vagon choisi o azar. Un stioird an uniform l’avé akeyi avék un larj sourir é orianté ver u’n kabi’n. Béyn avé suivi sé instruxion é été antré dan un conpartiman pourvu d’u’n couchét é d’u’n banket an velour noir, ki invité o voyaj é o repo. Sur u’n dé paroi se trouvé la list dé vil travérsé par la liny. Il y an avé biun plus k’il n’oré jamés pu an sité. Il s’été asi dan le sans de la march é avé atandu le dépar, révant a dé péi lointun k’il n’avé vu ke dan lé livr.

Duran lé ui premié jour, il u sa par de changeman : ke de péizag mérvéye travérsé, ke de kultur divérifié, ke de repa fun sérvi dan le vagon réstoran... Le soir venu, il s’andormé d’un soméy lourd dans u’n couchét mouélez, bérsé par le brui dé rou sur lé ray ki sanblé murmuré : Londres, Paris, Venise, Istambul, Bagdad, Téhéran, Samarcande, Islamabad, Katmandou, Pékin... Il ne se révéyé k’o peti matun, parféteman repozé. Chake foi, le petidéjené l’atandé sur la tabl de son conpartiman é il le manjé an admiran la réjion travérsé.
Unsi, Artur découvri Venise dan lé brum de l’ob ; le Bosfore avék, an onbr chinoiz, Sunt-Sofi o couché du soley ; Damas se profilan a l’orizon a la tonbé de la nui...
O neviém jour, kelk er apré avoir pasé Samarcande, lasé de resté anférmé an pérmanans, Artur descandi a la faver d’un aré. Malerezeman, le trun reparti san lui. A la gar, il pri u’n chanbr d’otél avék l’espoir de remonté dan un trun le landemun matun. Mé a son révey, il n’y avé plu de gar, plus de voi de chemun de fér ; juste un otél mite o milie de nul par. Apré mur réfléxion, il pri sa désizion : puiske, depui le débu du voyaj, lé ray se dirigé vér l’ést, il marchera dans cét diréxion.
A la mi-journé, u’n voi de chemun de fér se profila a l’horizon. Artur pri l’inisiativ tré lojike de la rejoindr, puis de la suivre. Apré de er de march sou un soley de plon, il l’atényi. Mé falé-t-il prandr vér le Nor ou vér le Sud ? Un écla de lumiér atira notr marcher vér le Sud.
A la tonbé de la nui, le péizaj pri un aspé lunér. Tou y parésé blan ou gri tré clér. Le ciél devun tré vit d’un noir d’ancr avék dé étoil d’u’n briyans a lakel Artur n’été pa abitué. De loin an loin, il pouvé apercevoir un cratér. Plu lé minut pasé, plu il avé l’unprésion d’étr sur la Lu’n. Non k’il y soi déja alé, mé se k’il voiyé resanblé a u’n fotografi de cét astr priz par lé astronot é publié dan lé magazi’n é lé livr d’astronomi. Soudun, o détour d’u’n coli’n, u’n petit gar aparu, sel o milie de nul par. El n’été séparé de la voi ke par un sunpl ké. Il n’y avé riun otour, pas mém u’n tras de véicul ou de pa. Herezeseman pour Artur, il y avé un réstoran a l’ariér de la batis é un otél dan lé étaj.
Artur pénétra dan le batiman par la sal dé pa pérdu k’il trouva dézért. Il éra ansuit dan tou l’édifis ou il ne trouva okun étr vivan. Dan la sal de réstoran, un repa été sérvi a l’u’n dé tabl. u’n journé de march avé éguisé sa fun o dela de se k’il croyé posibl. Atandr un sérver potansiel lui paru unposibl devan ce repa cho é apétisan. Il s’atabla é vida l’asiét de bon apéti. Apré le mangé : le dormir. Mé il n’y avé toujour person an vu pour lui atribué u’n chanbr. kelk minut d’éxplorasion dé étaj l’amenér devan u’n port ouvert. La lumiér briyé dan la piés é écléré un li d’aparans biun confortabl. Artur ne pu retenir l’anvi de se jeté desu é, a pén alongé, il s’andormi.
o petit matun, Béyn fu révéyé par l’oder aléchant d’un bon café. an ouvran lé ye, il découvri, tronan sur la tabl situé sous la fenétr, un plato suportan kafetiér, tas, sucrié, é asiét de croisan. kel plésir de dévoré le contenu de selui-si an se remémoran lé peti déjeuné de son anfans ! Car son gou lui rapelé lé vakans o bor de mer de sa jenés.
Apré u’n vizit plu pousé de l’otél, du réstoran é de la gar, il constata ancor u’n foi k’il été sel. Artur sorti sur le ké pour découvrir u’n imansité de sabl écléré par le soley matinal. A son grand désappointeman, il ne vi aucu’n voi féré. Il fi le tour du batiman, cresa le sabl par androi, mé ne trouva riun.
kan ariva l’her du déjené, Artur retourna a l’intérier, mé ocun repa ne l’y atandé. Il pri alor la désizion de kiter ce lie pérdu. Dan kel direxion alé ? L’ést, biun sur ! Il marcha sou un soley de plon tou l’aprémidi é a la tonbé de la nui, le péizaj redevun lunér. o détour d’u’n du’n, u’n gar lui aparu. Dan la braseri, un repa été sérvi. Dans lé étaj, u’n chanbr été prét. o peti matun, un peti déjeuné copie été posé sur la tabl sou la fenétr.
Se ne fu pa u’n surpris, lorsk, sortan de la gar, Artur ne trouva ke du sabl a pert de vu. Cét foi, il ne chércha pas la liny féroviér. La de marché inutileman tou le jour, Béyn voulu vérifié s’il lui été posibl de resté la, a atandr un évantuél viziter. Mé pour cela, il lui falé dé réserv de viktuay. Sé réfléxion le menér donk vér la kuizi’n a la rechérch du gardemanjé. La piés été fasil a trouvé é son invantér ancor plu sunpl : pa la moindr nouritur. Éspéré u’n vizit unprobabl revené donk a regardé la mor venir, térasé par la fun é la soif.
Ancor u’n foi, Artur Markus Béyn choizi de partir vér l’ést. a midi, éxténué par son chemineman dan un sabl de plu an plu cho, il fu here de retrouvé u’n voi féré suivan aproximativeman la direxion Nor/Sud. San réfléchir, il pri vér le Sud... comme tou lé jour. É, o crépuskul, s’é dan un péizaj lunér aukel il ne prété plu atansion k’Artur découvri la gar o détour d’u’n du’n. Sé pa le menér direkteman o réstoran ou il pu prandr un repa cho. Pui, avék le mém santiman de routi’n, il se dirija vér lé étaj. o peti matun, tel un viey abitué, il s’asi a la tabl sou la fenétr pour y machouyé son sempitérnél peti déjené conpozé de croisan é de café. ke ne doneré-t-il pa pour dé tarti’n beré !
...
Konbiun de jour s’été écoulé depui k’il avé kité ce trun, un soir du moi de mé ? Il n’été plu an mezur de dir pourkoi il été désandu de se vagon. La routi’n ! Voila la clé de tout l’istoir ! Artur an avé mar de la routi’n. Il voulé de l’éxotism.
...
Artur Marcus Béyn marché sou se soley akablan depui le matun. Il avé herezeman pu manjé é boir copiezeman avan de partir, mé la journé seré long. Son mond se résumé désormé a pe de choz : un soley ébloisan, un ciél d’un ble profon é dé du’n de sabl a l’unfini. Trouvera-t-il un jour le repo ? Poura-t-il anfin rantré ché lui ?